Directeur Compliance

Derrière le terme anglais de Compliance Officer se cache son équivalent français de Directeur de la Conformité, un juriste au profil très complet capable d’intervenir sur des sujets divers qui requièrent son attention en cela qu’ils présentent pour l’entreprise des risques de manquement aux obligations législatives, réglementaires ou déontologiques auxquelles elle est naturellement soumise.

Activités du Directeur Compliance

Devant l’inflation des textes législatifs en matière de conformité, et la complexification croissante d’une réglementation de plus en plus contraignante en matière de lutte anticorruption et de trafic d’influence, le métier de Directeur Compliance ls’est considérablement démocratisé et les recrutements de juristes compétents en la matière s’est intensifié à grande vitesse au sein des grandes entreprises.

Le Directeur Conformité y occupe une place prépondérante, placé hiérarchiquement sous la responsabilité de la direction générale ou en collaboration avec le Directeur Juridique, lorsque ce dernier n’exerce pas lui-même ses fonctions de Son champ d’action peut aussi être plus ponctuellement défini, comme dans le cadre d’un projet d’investissement, de financement ou de restructuration au cours desquels il sera chargé d’assurer la gestion des risques exceptionnels.

Ayant cartographié l’ensemble des risques existant, le Directeur Compliance rédigera un ou plusieurs rapports complets détaillant ces risques, et y formulera toutes les recommandations nécessaires à l’établissement de garde-fous réguliers et de processus de sécurité additionnels. Il pilotera alors la mise en place d’un dispositif de veille, et s’assurera au quotidien de la mise à jour régulière des compliance en l’absence de spécialistes capables de s’assurer de la bonne mise en œuvre des réglementations et procédures de l’entreprise, et de vérifier la conformité des procédés.

Pour s’assurer au mieux de cette mission, le Directeur Compliance commencera par établir une cartographie des risques, effectuant un audit complet de la situation juridique de l’entreprise sur tous les plans afin de pouvoir analyser et maitriser l’ensemble des risques de non-conformité. Il devra ainsi posséder une connaissance parfaite de toutes les activités de la société et s’assurer qu’aucun domaine n’échappe à son spectre de contrôle.

Outre le respect des règles de déontologie précitées, le périmètre d’action de ce juriste accompli peut s’étendre à la réglementation fiscale, à la législation RGPD (Règlement général de protection des données) ou au respect du code du Travail et des prédispositions établies en matière de droit social. Soit tout autant de domaines sensibles où la moindre erreur pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l’entreprise, qui pourrait être amenée à payer de lourdes amendes, lorsque la responsabilité pénale de ses dirigeants ne serait pas engagée. procédures de contrôle, celles-ci pouvant être impactées très régulièrement par l’évolution rapide des lois. Le Directeur Compliance devra donc absolument posséder une connaissance parfaite des lois, mais aussi assurer une veille légale et réglementaire constante.

Outre ces activités opérationnelles, le responsable conformité joue également un important rôle de coordination et de formation. Il effectue un travail constant de reporting auprès de la direction générale pour laquelle la qualité et la précision de ses informations sont des plus importantes.

Et il rédige également à l’intention des employés, sur la base de ses recommandations et des processus mis en place, une charte interne de déontologie que chacun doit observer scrupuleusement. A ce titre, l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise peuvent être invités par le directeur Compliance à participer à des séances de formation, de prévention et de sensibilisation à la gestion des risques.

En dernier lieu, le directeur Conformité a bien entendu également une charge de référent compliance au sein de l’entreprise, attestant et garantissant la conformité de cette dernière lors des audits de certification ou de suivi.


En savoir plus sur le métier de Directeur Compliance

Compétences techniques du Directeur Compliance

  • Maîtrise absolue des techniques d’analyse des risque
  • Juriste accompli maitrisant les différentes réglementations
  • Compétences approfondies en finance et comptabilité
  • Bonnes connaissances des métiers et produits du secteur

Compétences comportementales du Directeur Compliance

  • Grande résistance au stres
  • Sens du relationnel et de la communication
  • Organisation et rigueur absolue
  • Parfaite déontologie professionnelle

Formation pour être Directeur Compliance

Malgré l’ampleur croissante des besoins de recrutements sur ce poste, il n’existe pas à ce jour de formations dédiées au métier de Directeur Compliance. La plupart d’entre eux ont tout de même une solide formation juridique et financière de niveau Bac+5, voir un profil d’auditeurs ou de contrôleurs de gestion, et s’appuient sur une longue expérience du secteur.

Rémunération du Directeur Compliance

Devant la pénurie constante de Directeurs Compliance expérimentés, ces derniers peuvent espérer négocier avantageusement leur rémunération, qui sera en moyenne située aux alentours de 90 000 euros bruts annuels, voir plus selon la taille de l’entreprise et l’étendue des responsabilités qui leur sont confiés.


Bénéficiez de l’expertise de LHH pour trouver un poste de Directeur Compliance

LHH vous accompagne au quotidien dans la découverte de vos nouveaux challenges professionnels et vous aide à donner un nouvel élan à votre carrière.

Issu d’une solide formation juridique et financière, vous souhaitez ne pas vous concentrer uniquement sur la gestion des risques ? Découvrez d’autres métiers du même secteur, tels que ceux de Directeur Fiscal ou de Directeur Juridique.

Vous pouvez aussi simplement poser votre candidature spontanée, et consulter à l’envie nos articles carrière, vie en entreprise et conseils emploi.


Découvrez d’autres métiers du secteur