Retour aux articles

La transition écologique créatrice d’emploi : zoom sur les métiers verts et verdissants

La transition écologique est devenue depuis quelques années un enjeu sociétal grandissant, qui impacte de plus en plus les entreprises. De nouveaux métiers apparaissent, qui correspondent à ces futurs enjeux. Quels sont-ils ? Zoom sur ces précieux talents de l’économie verte, pour mieux anticiper le monde de demain.

Le poids grandissant des métiers liés à la transition énergétique

On les appelle les métiers verts et verdissants : ce sont toutes les professions liées à la transition écologique. Elles concernaient 4 millions d’emplois en 2017. On estime par ailleurs que 400 000 créations nettes d’emplois vont être réalisées d’ici à 2030 grâce aux métiers verts et verdissants. Cela représente donc une bonne dynamique qui s’est amorcée il y a quelques années et se confirme plus récemment.

Mais comment distinguer métiers verts et métiers verdissants ? Tout d’abord, revenons sur la notion de transition écologique. C’est une évolution vers un nouveau modèle économique et social, qui renouvelle nos façons de consommer, de produire, de travailler, pour répondre aux grands enjeux environnementaux. Dans ce cadre, on observe deux familles de métiers “acteurs” de la transition écologique :

  • Les métiers verts correspondent à toutes les professions dont “la finalité contribue à mesurer, prévenir, maîtriser et corriger les dommages sur l’environnement”1. Cela concerne par exemple les domaines de l’assainissement et du traitement des déchets ou encore de la production et de la distribution d’énergie et d’eau.
  • L’objectif des métiers verdissants est quant à lui d’intégrer de nouvelles compétences pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier. Ce besoin est notamment important dans les secteurs tels que l’agriculture, le commerce mais aussi le bâtiment ou encore l’industrie ou les transports.

De nouveaux métiers et compétences à venir, liés à l’économie verte

  • Le conseiller énergie ou chargé de mission énergie : il accompagne et oriente les collectivités locales, administrations ou entreprises dans leurs stratégies énergétiques,
  • L’ingénieur en génie des matériaux : il fait part de son expertise concernant les propriétés des matériaux, modélisation multiphysique, électrochimie des batteries,
  • L’energy manager ou l’économe de flux : il analyse les process, technologies, techniques pour optimiser les consommations d’énergie,
  • L’agrégateur, le dispatcher ou le trader : il permet au système électrique de gagner en flexibilité.

À lire aussi Pourquoi engager une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises ?

Plus largement, la transition écologique et énergétique entraîne, à terme, l'évolution de tous les métiers, avec la diffusion d’écotechnologies, d’écoproduits, l’apparition de nouvelles façons de produire et de travailler. Cette transition énergétique crée un besoin de nouvelles compétences globales et transversales : liées à la nécessité de la sensibilisation, la mise en commun et la coordination de compétences, l’éco design et l’éco conception, ainsi que la convergence entre transition énergétique et transition numérique. Le PPEC et le Plan Climat présentés en 2015 et 2017 traitent de l’emploi dans le volet "Décarboner la production d’énergie et assurer une transition maîtrisée", ils devraient conduire à la formation de 10 000 personnes aux emplois verts et verdissants.

Alors, prêt pour cette transition ? Pour être soutenu dans votre recrutement et faire face aux défis de demain, Badenoch + Clark vous accompagne dans vos démarches d’embauches.


Les données publiées dans cet article proviennent des sources suivantes : (1) Commissariat Général au Développement Durable, ONEMEV Rapport Parisot « Plan de programmation des emplois et des compétences » Données et études statistiques Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques